travail facial

L’étude des différents schémas de réflexion devient une source inépuisable d’alternatives pour aborder un soin.

Quel schéma de réflexion choisir?

Avec l’application Faceasit, nous avons accès en permanence à tous les schémas relatifs à la morphologie impliquée. Cela nous autorise à ne pas toujours commencer par le même et surtout à ne pas en oublier si nous n’obtenons pas de bon résultat dès le départ.

Depuis la section “Étude des schémas” de Faceasit, atteignons l’anatomie concernée. Apparaissent alors tous les schémas relatifs à cette partie du corps que nous souhaitons rééquilibrer.

Quel outil facial choisir?

Chaque fois que nous sélectionnons une anatomie sur la représentation du corps, le carrousel d’outils à droite de l’écran de Faceasit, propose les 2 instruments corporels les plus adaptés.

Sur le schéma choisi, stimuler la zone réflexe de l’anatomie impliquée avec un outil de plus petite taille ayant les mêmes effets que celui utilisé sur le corps.

Chaque image du carrousel nous permet d’accéder à la fiche complète de l’outil afin de prendre connaissance de ces fonctions. Une vidéo pour débutants facilite la compréhension de la gestuelle conseillée.

Si nous avons obtenu un léger soulagement local avec notre instrument corporel yin, cela signifie que nous sommes sur la bonne voie. Nous emploierons donc un outil facial aux effets yins sur le visage.

Stimulez la zone réflexe au moins 2 minutes et demandez au patient de détailler son amélioration.

En Dien Chan nous préférons noter les progrès sur une échelle allant de 1 à 10 plutôt que la douleur.

Chacun est libre de subir la souffrance comme il l’entend, il est donc bien plus précis de mesurer l’apaisement.

Combien de temps?

Si l’amélioration est notée entre 4 et 6 (sur 10) cela signifie que nous sommes sur la bonne voie. Nous pouvons donc poursuivre sur le même schéma avec le même outil.

Si au contraire nous n’obtenons pas d’amélioration, nous devrons changer d’outil ou de schéma.

Il est fortement conseillé de ne pas alterner tout à la fois. Si l’on décide de prendre un autre schéma de réflexion, nous conservons l’outil et vice versa. C’est ainsi que l’on sait ce que l’on fait et que l’on donne un sens à son traitement.

Si nous avons obtenu de bons résultats avec ces deux premières étapes, nous cherchons alors à stabiliser la situation.

Le Dien Chan est très rapide et efficace pour soulager les douleurs, mais il serait dommage d’en rester là. Nous devons donc renforcer notre soin avec une formule de points·bqc ayant des propriétés complémentaires.

Les causes du trouble peuvent être diverses et nous devons surement consolider certaines fonctions organiques essentielles.

Afin d’illustrer plus concrètement cette approche, prenons l’exemple d’un patient se plaignant de douleur à la hanche.

Comment composer une formule personnalisée?

À moins d’avoir une expérience d’au moins une dizaine d’années de pratique et de nombreux patients, il est très difficile de ne pas appliquer systématiquement des protocoles accomplis.

L’empirisme nous autorise à adapter les formules glanées dans les livres et autres supports, mais nous avons souvent tendance à oublier certaines subtilités si nous ne repensons pas chaque soin en profondeur.

Nous avons de nos jour la chance de pouvoir mettre la technologie au service de nos lacunes. Profitons-en!

L’application Faceasit est le meilleur soutien qui soit pour personnaliser nos protocoles de soin et ne pas passer à côté de solutions importantes.

Ce n’est pas un catalogue de formule de Dien Chan. Il s’agit d’un véritable calculateur capable de combiner tous les points·bqc impliqué dans le trouble ainsi que les zones réflexes de l’anatomie concernée.

Décortiquons ensemble la proposition de Faceasit pour notre exemple de douleur à la hanche.

Nous allons trouver de nombreux points pour les épaules, les articulations et les reins. Mais aussi d’autres points·bqc qui assouplissent les mouvements, qui détendent les muscles.

C’est en parcourant ces informations que de nombreuses idées nous viennent. Nous allons pouvoir trouver des relations plus complexes et moins évidentes entre la douleur ou le trouble exprimé et les possibles causes.

Faceasit est là pour vous inspirer et affiner votre diagnostic.

En appuyant sur chaque point·bqc, sa fiche complète surgie.

Ces fiches de point·bqc sont composées de quatre compartiments:

  • Son numéro et en dessous ses coordonnées sur la carte originale.
  • L’action principale pour laquelle il s’utilise généralement et dessous un petit texte explicatif.
  • La colonne comprenant les parties anatomiques auxquelles il est attaché.
  • La colonne des troubles dans lesquels il est impliqué.

Imaginons, pour notre exemple de douleur à la hanche, que le point·bqc 64· (dans le sillon de l’aile du nez) fut testé au détecteur et se révéla lancinant.

En appuyant sur le point nous ouvrons sa fiche et constatons qu’une de ses principales actions est de soulager le reflux gastrique.

Nous pouvons immédiatement demander au patient s’il souffre d’acidité. Face à une réponse affirmative, nous sommes en mesure de faire le lien entre sa douleur et son trouble digestif.

Le Dien Chan est donc bien une technique de soin naturel qui permet une approche globale. Les multiples relations que nous offre cette incroyable méthode multiréflexologique sont une véritable révolution.

🌼

L’objectif premier de l’École Internationale de Multiréflexologie - Dien Chan (EiMDC) est de partager cette vision holistique. À travers la divulgation du Dien Chan, nous espérons que toutes les médecines douces prennent conscience des innombrables possibilités insoupçonnées qu’elles détiennent.

🌼

Faceasit est comme le Dien Chan:

complexe à développer, mais facile à utiliser.

Le concept est là et nous le ferons évoluer.

★ Et maintenant les devoirs à faire à la maison: la maintenance